Meyrin : Le Casino du Lac veut jouer dans la cour des grands

Vendredi 26 janvier 2007

GENEVE – Une demande de licence A a été déposée à Berne au mois d’octobre. Une première décision est attendue ces prochaines semaines.

«Il n’y a aucune raison pour que les joueurs continuent à dépenser leur argent en France voisine», prétend Yassine Ben Abdessalem. Pour convaincre la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) à Berne, le directeur du Casino du Lac, à Meyrin, fait d’abord parler les chiffres. «En 2006, nous avons réalisé 72 millions de recettes avec seulement 35% des parts de marché. Plus de 40 millions ont été redistribués à la Confédération, au Canton et à une fondation culturelle et sportive meyrinoise», détaille-t-il avec satisfaction. La fièvre du jeu rapporte gros à Genève. Mais alors pourquoi vouloir changer une recette qui marche? «L’offre actuelle ne nous permet plus de croître. La licence B nous impose un maximum de 150 machines. Avec une licence A, il n’y a plus de limite», sourit-il. Avant d’ajouter: «Notre dossier ne laisse rien au hasard. Il prend très au sérieux les aspects liés au blanchiment d’argent sale et les mesures pour lutter contre l’addiction.» Reste que, pour faire de Genève une capitale du jeu, il faudra agrandir les locaux. «Notre projet prévoit de passer de 1500 m2 à plus de 2500 m2. Près de 70 emplois seront créés», conclut-il.

«Nous avons transmis des recommandations sur la situation actuelle des 19 casinos en Suisse. Tant que le Conseil fédéral ne s’est pas prononcé, nous ne pourrons traiter aucune demande. Des décisions sont attendues pour le mois de février», précise Jean-Marie Jordan, directeur de la CFMJ.

(source : 20min.ch/Giancarlo Mariani)


#Tags

#CASINO MEYRIN #DIRECTEUR #MILLIONS #ACTUELLE #AGRANDIR #CAPITALE #ADDICTION #BLANCHIMENT #PRONONCE