Il a même pillé les comptes bancaires de ses enfants : l'histoire d'un ancien joueur compulsif de Zoug.

Lundi 13 mars 2023

Photo de Waldemar

Daniel Meier*, aujourd'hui âgé de 46 ans, a souffert d'une dépendance au jeu pendant plus de deux décennies. Ce qui a commencé comme une partie de plaisir dans les bars avec des amis s'est terminé par une montagne de dettes d'environ 200'000 francs pour l'agent fiduciaire.

"J'ai pillé les comptes bancaires de mes trois enfants. J'étais à bout, toute ma construction de mensonges s'écroulait. Je n'arrivais plus à éteindre tous les feux qui brûlaient autour de moi", raconte Daniel Meier* à propos du jour où il a fait tomber le masque et a avoué ouvertement à des proches qu'il souffrait de dépendance au jeu depuis plus de 20 ans.

"Je leur ai avoué que j'avais une montagne de dettes d'environ 200'000 francs et que, depuis de nombreuses années, je ne pouvais pas passer une journée sans faire des paris sportifs. Mais aussi que je voulais me faire aider par un service de conseil en matière de dépendance et que j'avais une peur infinie de perdre ma femme et mes enfants à cause de cela", se souvient cet homme aujourd'hui âgé de 46 ans et vivant dans le canton de Zoug.

Meier n'est pas seul dans cette situation. Une nouvelle étude de la fondation Addiction Suisse indique que la tranche d'âge des 18-29 ans, la plus touchée par l'addiction aux jeux de hasard en ligne, y consacre en moyenne 162 francs par mois.

Si, en 2018, un quart des personnes interrogées jouait encore chaque semaine, elles étaient déjà 30 pour cent en 2021, communique actuellement le canton de Zoug. Le groupe des "joueurs ayant des problèmes importants" est passé de 2,3 % (2018) à 5,2 % (2021).

Il ne lui restait plus que de l'argent de poche pour le quotidien

Les proches de Meier ainsi que sa femme ont réagi, de son point de vue, mieux que prévu. "Bien sûr, ils ont été choqués, mais ils m'ont aussi assuré de leur aide si je suivais une thérapie à cause de cela et si j'arrêtais de jouer", a déclaré l'administrateur fiduciaire. Il a remis à sa femme toutes ses cartes bancaires et ses mots de passe. "Elle m'a simplement donné de l'argent de poche pour le quotidien", poursuit Meier.

Il s'est rendu au centre d'aide aux toxicomanes de Zoug, qui l'a mis en contact avec une clinique pour toxicomanes dans un autre canton. "Je devais me rendre tous les jours à des thérapies de discussion et d'occupation. Le soir, je pouvais rentrer chez moi. Cela a duré plusieurs mois", poursuit Meier. Retrouver la vie quotidienne a été difficile pour lui.

"Les paris sportifs étaient ma motivation quotidienne. J'avais besoin d'eux, comme d'autres de leur café le matin, pour bien commencer la journée. Jouer était pour moi une motivation pour me lever chaque matin - aussi étrange que cela puisse paraître maintenant", avoue-t-il. Avec la thérapie, tous les matchs de sport ont perdu leur attrait pour Meier. Il a cessé de suivre les émissions sportives.

Éviter le thème des jeux d'argent a également été difficile. En effet, la publicité pour les jeux de hasard et les paris en ligne est omniprésente. "Le marketing des jeux de hasard est très excitant. On pense constamment que cette fois, ça pourrait marcher. Avec le gain, je pourrais régler mes dettes et peut-être remporter encore un plus gros gain", sait Meier.

Pour lui, la publicité pour les jeux de hasard appartient au même domaine que la publicité pour le tabac ou l'alcool et devrait être interdite "pour protéger surtout les jeunes".

Avec le temps, il a simplement imaginé sur quelles équipes il parierait actuellement, afin d'assouvir son envie au début de sa thérapie. "J'ai alors constaté que j'aurais très rarement gagné. Cette prise de conscience m'a conforté dans ma volonté de suivre la thérapie et de surmonter ma dépendance".

Des paris déjà placés avant le petit-déjeuner

La carrière de joueur de Daniel Meier a commencé dès l'âge de 17 ans. "A l'époque, mes collègues et moi jouions pour le plaisir sur des machines à sous que l'on trouvait autrefois dans de nombreux bars", se souvient-il. C'est à l'âge de 18 ans qu'il s'est rendu pour la première fois au casino : "Nous avons misé de petites sommes, jusqu'à 10 francs. Un jour, un collègue et moi avons gagné 12 000 francs".

A partir de là, les mises ont augmenté et Meier jouait de plus en plus souvent pour lui seul. "J'ai découvert les paris sportifs et, au fil du temps, j'ai misé jusqu'à 1000 francs par ticket. Pour cela, j'ai emprunté de l'argent à des amis, j'ai fait des découverts sur des cartes et j'ai contracté plusieurs crédits à de mauvaises conditions", poursuit Meier. Personne dans son entourage ne s'est rendu compte de son addiction, qui dominait de plus en plus sa vie.

"J'interceptais tous les décomptes dans la boîte aux lettres. Comme je pouvais jouer en ligne, cela ne se remarquait pas beaucoup. En vacances, j'étais réveillé avant tout le monde et je plaçais des paris avant même le petit-déjeuner, sans que ma famille ne s'en aperçoive. Je me suis construit une structure de mensonges", avoue Meier. Il s'en veut encore aujourd'hui.

Conseil en matière d'endettement pour les personnes concernées
"Depuis la pandémie, le nombre de personnes cherchant de l'aide a augmenté. Les casinos en ligne et les paris sportifs et sportifs en direct en sont les principaux responsables", explique André Widmer, chef de service à Triangel Beratung Zug. Comme il s'agit généralement de montants élevés, le conseil est plus complexe. On a moins de possibilités d'assainir les dettes.
"Il est important que les personnes qui demandent de l'aide se penchent activement sur leur dépendance parallèlement au conseil en matière d'endettement. C'est pourquoi nous travaillons en étroite collaboration avec le service d'addiction de Zoug et exigeons des personnes qu'elles abordent activement le problème", explique Widmer. Souvent, la gestion de l'argent est perturbée. Les sommes d'argent jouées, élevées par rapport à ce que l'on gagne, conduiraient à une perception erronée. C'est pourquoi un contrôle budgétaire strict est nécessaire.

Pour éponger ses énormes dettes, Meier a demandé de l'aide à Triangel Beratung Zug . "Ma famille et mes amis m'ont partiellement aidé à assainir mes dettes. Heureusement, j'ai pu rembourser beaucoup de choses sans intérêts et en plusieurs fois", énumère-t-il. Aujourd'hui, il n'a plus de dettes.

Daniel Meier est infiniment reconnaissant de la deuxième chance qu'il a eue et du fait que sa famille l'a toujours soutenu. Heureux, il déclare : "Maintenant, elle est ma motivation, tous les jours".

* Nom connu de la rédaction de bote.ch.

(source : bote.ch/Tijana Nikolic)




Communiqué - L’addiction au jeu d’argent a doublé dans la population : il est urgent de corriger le tir

Selon l’Enquête suisse sur la santé (ESS), la part de joueuses et de joueurs pathologiques a [...]

L’exclusion du jeu pour lutter contre la dépendance et le surendettement

Depuis l’an 2000, la Suisse connaît une interdiction de jeu inscrite dans la loi. Celle-ci [...]

Deux milliards de francs dans les jeux d'argent

Panorama suisse des addictions 2024(extrait - Jeux de hasard et d'argent) Énormes bénéfices [...]

Postulat – Casino à Prilly: Au-delà des bénéfices, n’oublions pas d’assumer notre part de responsabilité pour la prévention des risques liés au jeu excessif

L’installation d’un casino à Prilly ayant été validée, il ne s’agit plus de s’opposer à son [...]

Des failles dans la protection des mineurs dans le système mis en place par la Loterie Romande

En Suisse, les jeux d’argent sont interdits aux moins de 18 ans. Toutefois, une enquête de [...]